Suisse Avenir

La France face au mur fiscal


Le Temps.ch

mardi 10 décembre 2013


Catherine Dubouloz


La fiscalité française est désormais considérée comme inacceptable par une majorité de contribuables, et pas seulement les plus riches d'entre eux

Assez de rafistolage. En France, la prise de conscience est quasi générale: le système fiscal est à bout. Au fil du temps, des couches ajoutées au millefeuille, des exceptions inventées ensuite pour l'alléger, la fiscalité est devenue hautement complexe et illisible. En raison des hausses appliquées par le gouvernement socialiste, comme par le gouvernement précédent, elle est désormais considérée comme inacceptable par une majorité de contribuables, et pas seulement les plus riches d'entre eux. Incapable d'enrayer le mécontentement, le premier ministre a surpris en lançant une «remise à plat» de la fiscalité. Depuis, les Français s'interrogent: est-ce de la poudre aux yeux ou Jean-Marc Ayrault fait-il preuve d'une réelle volonté politique?

Comme une partie des classes moyennes et supérieures, la droite n'y croit guère. Dans Le Monde, François Fillon a critiqué le caractère «improvisé» de l'initiative. «Tant que nous resterons les champions de la dépense, nous resterons les champions des impôts», critique l'ancien premier ministre. De fait, il appuie sur une zone sensible: le gouvernement promet bien de réduire la dépense, mais il peine à expliquer comment, sachant que les Français, en particulier les électeurs de gauche, n'aiment pas voir baisser les prestations sociales. La droite elle-même, lorsqu'elle était au pouvoir, n'a pas taillé à la hache dans les budgets, c'est trop impopulaire.

Le chantier lancé par Jean-Marc Ayrault a donc une vertu: il met chacun devant ses responsabilités. Par la concertation qu'il a lancée, le chef du gouvernement demande aux syndicats, aux partis, aux groupes parlementaires d'émettre des propositions. De fait, une modernisation de la fiscalité ne peut vraisemblablement pas aboutir sans un accord sur quelques grands principes et une forme d'entente dépassant les clivages traditionnels. Certains pays du nord de l'Europe, comme la Suède, ont d'ailleurs su mener à bien d'importantes réformes fiscales.

L'Hexagone saura-t-il faire de même? La politique fiscale étant un instrument éminemment politique, cela semble difficile. Entre les deux blocs, le jeu stérile de l'affrontement ne cesse quasiment plus, au mépris des intérêts du pays. Seul le nouvel impératif de compétitivité de la France, rassembleur s'il débouche sur des créations d'emplois, pourrait permettre de dégager un accord. Ce chantier d'envergure constitue assurément un nouveau test de la capacité de réforme du pays


 




10/12/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres