Suisse Avenir

Pierre Moscovici viendra en Suisse le 6 mars

Letemps.ch

samedi 25 janvier 2014

 

Par Anouch Seydtaghia Davos

 

Sommet

 

Pierre Moscovici viendra en Suisse le 6 mars La visite du ministre français de l’Economie et des finances a été précisée à Davos

«Les dossiers fiscaux ouverts entre la Suisse et la France sont au nombre d’une dizaine. Mais croyez-moi, nous avançons. Et Davos a été l’occasion de relancer notre dialogue.» Au même moment où John Kerry était partout sur les écrans géants du Forum économique mondial, cet officiel suisse se montrait confiant, vendredi soir, sur les pourparlers en cours entre la Suisse et la France. A quelques minutes d’intervalle – et séparément – Eveline Widmer-Schlumpf et Pierre Moscovici ont indiqué qu’une prochaine rencontre officielle aura lieu le 6 mars. Le ministre français de l’Economie et des finances se rendra alors à Berne, notamment pour rencontrer la conseillère fédérale cheffe du Département des finances.

A Davos, Eveline Widmer-Schlumpf et Pierre Moscovici ont parlé des dossiers en cours, notamment la convention sur les successions, rejetée par le Conseil national en décembre. «La France est prête à poursuivre un dialogue structuré, a affirmé la conseillère fédérale. Et même si la convention n’est, au final, pas acceptée par le parlement, Pierre Moscovici s’est déclaré prêt à avancer sur les autres thèmes importants.»

 

«Très bons contacts»

Le dossier de la convention sera abordé par le Conseil des Etats en mars – et rien n’indique qu’il obtiendra un feu vert. «Pierre Moscovici a dit que si l’accord sur les conventions n’était pas accepté côté suisse, alors la France résiliera l’accord de 1952, ce n’est pas une surprise pour nous», a poursuivi Eveline Widmer-Schlumpf.

Avec le récent différend sur l’imposition des frontaliers, la France n’ouvre-t-elle pas de nouveaux fronts fiscaux contre la Suisse? «Non, les contacts sont très bons avec la France, et cette culture de la discussion est primordiale», a répondu la conseillère fédérale.

Qu’en pense Pierre Moscovici? «Nous avons fait le tour des sujets fiscaux. Je suis avec attention ce que décide le parlement suisse, j’ai pris acte du premier refus, je verrai ce qui se produit par la suite», a affirmé le ministre français. Et de poursuivre: «Le dialogue fiscal est fructueux, c’est une bonne convention. Je soutiens les efforts courageux de ma collègue [Eveline Widmer-Schlumpf], et je respecte les décisions du parlement.»

 

Paradis fiscaux en question

La France, qui est en train de réviser sa liste des paradis fiscaux, pourrait-elle y inclure la Suisse? «La Suisse est un pays ami avec lequel nous coopérons positivement», s’est contenté de répondre de manière laconique Pierre Moscovici.

A Davos, Eveline Widmer-Schlumpf a aussi rencontré le commissaire européen chargé de la Fiscalité, Algirdas Semeta. Ce dernier a loué les efforts de la Suisse pour aller vers davantage de transparence fiscale et de concurrence plus juste, selon les mots de la Commission européenne.

 

 



26/01/2014
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres